novembre 2017
puce Accueil  > Kiosque  > La revue  > n°29  > Le tutorat en entreprise, pour une intégration réussie au-delà des (...)

Septembre 2008

Le tutorat en entreprise, pour une intégration réussie au-delà des différences

Accueillir et intégrer une personne handicapée, nouvellement embauchée, dans une entreprise ne s’improvise pas. Pour ne pas échouer dans leur démarche faute de préparation, certains employeurs invitent les salariés valides qui souhaitent devenir les tuteurs d’un nouveau salarié handicapé à suivre la formation Thandem proposée par Opcalia, dans le cadre de sa convention avec l’Agefiph. C’est le cas de l’entreprise de gestion de la relation client à distance BlueLink. Engagée dans une politique d’intégration des travailleurs handicapés, elle compte aujourd’hui cinq tuteurs.
Marie Bleuzé, responsable de projet RH au service Emploi, Formation et Compétences de l’entreprise BlueLink (connue pour sa gestion du programme de fidélisation Flying Blue pour Air France KLM), a été l’une des premières à suivre la formation tutorale Thandem. « Je l’ai suivie en tant que responsable de la mission Handicap créée dans notre entreprise en 2007. Comme nous avons décidé de nous engager dans une politique de tutorat pour accompagner l’intégration des personnes handicapées, j’ai voulu moi aussi suivre la même formation que les tuteurs. À partir du moment où je suis un peu leur référent, je voulais parler le même langage qu’eux. » Chaque personne handicapée embauchée par BlueLink a un tuteur qui a suivi la formation Thandem. « Le tuteur est présent à partir du moment où la personne arrive sur le terrain, qu’elle intègre son équipe. Le tuteur, qui est aussi le manager de l’équipe, va l’aider à monter en compétences, comme il le fait pour les autres salariés, mais en prenant un peu plus de temps et en lui accordant l’attention dont il a besoin. » Et, comme tout futur salarié doit suivre chez BlueLink, avant d’intégrer l’équipe, une formation de 22 jours, trois semaines au cours desquelles le tuteur n’est pas présent, un formateur a été aussi formé au tutorat de personnes handicapées.

DES CLÉS POUR LE TUTEUR

Le tuteur est le premier à se montrer très satisfait d’avoir bénéficié de la formation Thandem. « Cette politique a l’avantage de donner des clés au tuteur pour l’intégration du travailleur handicapé. Les tuteurs sont tous des volontaires. Mais leur volonté de participer à cette démarche d’intégration n’empêche pas d’avoir besoin de repères, de bonnes pratiques pour ne pas se trouver démuni et pour être sûr de bien faire », explique Marie Bleuzé.
L’intégration d’un travailleur handicapé s’avère en effet toujours être du cas par cas. D’abord, il y a le handicap de la personne. C’est pour cela que les modules en ligne de la formation Thandem expliquent les différents types de handicap et leurs incidences en situation de travail, le rôle du tuteur, comment préparer l’arrivée de la personne handicapée. Mais ensuite, il y a la personnalité du salarié handicapé. « Deux personnes qui ont le même type de handicap ne vont pas réagir de la même façon. Le fait que Thandem propose une deuxième journée de bilan interentreprises avec d’autres tuteurs permet d’échanger ses expériences et d’acquérir des méthodes pour trouver une réponse chaque fois qu’il y a une question ou un problème à résoudre. »

DES RÉACTIONS D’INCOMPRÉHENSION

Toutes les difficultés rencontrées lors de l’intégration résident pour l’essentiel dans des réactions d’incompréhension face à des comportements particuliers. « Par exemple, nous avons un travailleur handicapé qui a des problèmes de mobilité et d’équilibre, et qui tombe régulièrement. Cela a suscité des questions. Il a eu des difficultés à s’intégrer, car tout le monde voulait l’aider, mais lui refusait parfois cette aide de façon violente. Il est normal que cela puisse surprendre. »

RASSURER LES ÉQUIPES

L’intégration d’un travailleur handicapé suscite de nombreuses questions d’ordre relationnel et comportemental de la part des équipes. « Pour nous, les tuteurs sont un peu les ambassadeurs de notre politique d’intégration de la personne handicapée. Et puis, les tuteurs sont vigilants pour que tout se passe au mieux. Ils rassurent les équipes en expliquant qu’ils sont là pour aider à l’intégration. »
C’est autant un tutorat pour l’équipe que pour la personne handicapée. Les collègues de cette dernière apprennent à intégrer euxmêmes la personne handicapée comme n’importe quel nouvel embauché. Et le travailleur handicapé a l’assurance de ne jamais se retrouver isolé.

LES LIMITES DU TUTORAT

Parce que chez BlueLink, le tuteur est aussi un manager, il doit se comporter avec son « tutoré » de la même façon qu’avec les autres salariés. Les deux journées de formation collective Thandem ont appris aux tuteurs à bien cerner les limites de leur intervention. « Le rôle du tuteur ne doit pas s’étendre au-delà de son rôle dans l’entreprise. Les tuteurs sont là pour l’intégration dans l’entreprise, pas pour l’intégration dans la vie de tous les jours. Il est hors de question, par exemple, qu’un tuteur aille faire les courses de la personne handicapée. La formation Thandem, à travers des films d’entreprise ou à travers l’expérience du formateur, permet aux tuteurs d’échanger sur les bonnes pratiques, mais aussi sur les pièges à éviter. »
L’un des grands problèmes qui se posent lorsque l’on accueille un travailleur handicapé tient en réalité au fait que le tuteur est tenu à la confidentialité. Le handicap ne doit pas être présenté sous l’aspect de la maladie ou de la déficience, mais plutôt des besoins éventuels qui peuvent être liés au handicap. « La difficulté, c’est qu’on va avoir tendance à ne rien dire. Or, l’intégration se passera d’autant plus mal que l’on aura caché des choses. Il nous faut l’accord du salarié pour savoir ce que l’on dit ou pas. Mais ce qu’il faut éviter à tout prix, c’est de rester muet », conclut Marie Bleuzé.

A SAVOIR
Plusieurs sources de financement sont mobilisables par Opcalia Ile-de-France afin de permettre une prise en charge du dispositif Thandem, et un CD de démonstration de Thandem est disponible sur simple demande auprès de la délégation conseil handicap d’Opcalia Ile-de-France.
Tél. 01 53 82 70 14
Courriel conseilhandicap@opcalia-idf.com


Comment Thandem forme les tuteurs des personnes handicapées


Thandem [1] propose une formation mixte incluant formation en ligne accompagnée et formation en présentiel.

La formation en ligne
Le « e-learning » comprend sept modules interactifs pour aborder le handicap (comprendre son rôle, appréhender le handicap, préparer l’accueil et l’intégration) et le tutorat (préparer la formation, former et accompagner, suivre et évaluer). Cette auto-formation en ligne se déroule sur le lieu de travail du tuteur, selon un parcours dont le rythme et la durée tiennent compte de l’expérience du tuteur et des contraintes d’organisation de l’entreprise. Chaque module associe apport de connaissances, conseils pratiques et ressources mobilisables.
Le tuteur peut vérifier ses acquis en continu grâce aux quiz et aux autoévaluations proposées tout au long de la formation. Un suivi en ligne est assuré par un formateur, qui peut être contacté par téléphone, mail ou fax.

Deux journées en groupe
Deux séances de regroupement des tuteurs, animées par un formateur spécialiste du handicap, sont aussi organisées durant le parcours de formation afin d’enrichir les connaissances des stagiaires par l’échange de pratiques : une journée située si possible avant l’intégration du travailleur handicapé, pour échanger sur les représentations liées au handicap. Une journée, un mois après l’intégration, de mise en commun et d’analyse des pratiques d’intégration.

EN SAVOIR PLUS
Les sept modules de la formation Thandem
MODULE 1
Le tutorat : comprendre son rôle, définir sa mission : quelques repères sur la fonction tutorale, les compétences du tuteur, le cadre de la professionnalisation, les ressources internes et externes.
MODULE 2
Appréhender le handicap dans l’entreprise, pour faire face à toutes les situations et comprendre les différentes déficiences.
MODULE 3
Préparer l’intégration du salarié handicapé permet la sensibilisation du tuteur et l’anticipation des conséquences du handicap.
MODULE 4
Accueillir le salarié handicapé, c’est aussi aménager la première journée du nouvel arrivant en lui donnant des repères dans l’entreprise, en lui présentant l’équipe ainsi que son poste de travail.
MODULE 5
Préparer la formation s’impose pour accueillir au mieux le salarié handicapé : on vérifie les éléments de la formation, les différentes façons d’apprendre, en vue de réussir la formation quel que soit le handicap.
MODULE 6
Former et accompagner le salarié handicapé se fait toujours en lien avec le centre de formation. Ce module aide à suivre la progression du salarié handicapé et à le manager tout en gérant son handicap.
MODULE 7
Suivre et évaluer le salarié handicapé : ce module donne des pistes de travail pour assurer un suivi efficace du salarié handicapé.

[1] Thandem a été développé par Opcalia Ile-de-France avec les contributions d’acteurs spécialisés tels que l’association Practhis, et avec le soutien financier de l’Agefiph Ile-de-France, du Fonds social européen (FSE) et de la DRTEFP Ile-de-France.

Accueillir et intégrer une personne handicapée, nouvellement embauchée, dans une entreprise ne s’improvise pas. Pour ne pas échouer dans leur démarche faute de préparation, certains employeurs invitent les salariés valides qui souhaitent devenir les tuteurs d’un nouveau salarié handicapé à suivre la formation Thandem proposée par Opcalia, dans le cadre de sa convention avec l’Agefiph. C’est le cas de l’entreprise de gestion de la relation client à distance BlueLink. Engagée dans une politique d’intégration des travailleurs handicapés, elle compte aujourd’hui cinq tuteurs.
Marie Bleuzé, responsable de projet RH au service Emploi, Formation et Compétences de l’entreprise BlueLink (connue pour sa gestion du programme de fidélisation Flying Blue pour Air France KLM), a été l’une des premières à suivre la formation tutorale Thandem. « Je l’ai suivie en tant que responsable de la mission Handicap créée dans notre entreprise en 2007. Comme nous avons décidé de nous engager dans une politique de tutorat pour accompagner l’intégration des personnes handicapées, j’ai voulu moi aussi suivre la même formation que les tuteurs. À partir du moment où je suis un peu leur référent, je voulais parler le même langage qu’eux. » Chaque personne handicapée embauchée par BlueLink a un tuteur qui a suivi la formation Thandem. « Le tuteur est présent à partir du moment où la personne arrive sur le terrain, qu’elle intègre son équipe. Le tuteur, qui est aussi le manager de l’équipe, va l’aider à monter en compétences, comme il le fait pour les autres salariés, mais en prenant un peu plus de temps et en lui accordant l’attention dont il a besoin. » Et, comme tout futur salarié doit suivre chez BlueLink, avant d’intégrer l’équipe, une formation de 22 jours, trois semaines au cours desquelles le tuteur n’est pas présent, un formateur a été aussi formé au tutorat de personnes handicapées.

DES CLÉS POUR LE TUTEUR

Le tuteur est le premier à se montrer très satisfait d’avoir bénéficié de la formation Thandem. « Cette politique a l’avantage de donner des clés au tuteur pour l’intégration du travailleur handicapé. Les tuteurs sont tous des volontaires. Mais leur volonté de participer à cette démarche d’intégration n’empêche pas d’avoir besoin de repères, de bonnes pratiques pour ne pas se trouver démuni et pour être sûr de bien faire », explique Marie Bleuzé.
L’intégration d’un travailleur handicapé s’avère en effet toujours être du cas par cas. D’abord, il y a le handicap de la personne. C’est pour cela que les modules en ligne de la formation Thandem expliquent les différents types de handicap et leurs incidences en situation de travail, le rôle du tuteur, comment préparer l’arrivée de la personne handicapée. Mais ensuite, il y a la personnalité du salarié handicapé. « Deux personnes qui ont le même type de handicap ne vont pas réagir de la même façon. Le fait que Thandem propose une deuxième journée de bilan interentreprises avec d’autres tuteurs permet d’échanger ses expériences et d’acquérir des méthodes pour trouver une réponse chaque fois qu’il y a une question ou un problème à résoudre. »

DES RÉACTIONS D’INCOMPRÉHENSION

Toutes les difficultés rencontrées lors de l’intégration résident pour l’essentiel dans des réactions d’incompréhension face à des comportements particuliers. « Par exemple, nous avons un travailleur handicapé qui a des problèmes de mobilité et d’équilibre, et qui tombe régulièrement. Cela a suscité des questions. Il a eu des difficultés à s’intégrer, car tout le monde voulait l’aider, mais lui refusait parfois cette aide de façon violente. Il est normal que cela puisse surprendre. »

RASSURER LES ÉQUIPES

L’intégration d’un travailleur handicapé suscite de nombreuses questions d’ordre relationnel et comportemental de la part des équipes. « Pour nous, les tuteurs sont un peu les ambassadeurs de notre politique d’intégration de la personne handicapée. Et puis, les tuteurs sont vigilants pour que tout se passe au mieux. Ils rassurent les équipes en expliquant qu’ils sont là pour aider à l’intégration. »
C’est autant un tutorat pour l’équipe que pour la personne handicapée. Les collègues de cette dernière apprennent à intégrer euxmêmes la personne handicapée comme n’importe quel nouvel embauché. Et le travailleur handicapé a l’assurance de ne jamais se retrouver isolé.

LES LIMITES DU TUTORAT

Parce que chez BlueLink, le tuteur est aussi un manager, il doit se comporter avec son « tutoré » de la même façon qu’avec les autres salariés. Les deux journées de formation collective Thandem ont appris aux tuteurs à bien cerner les limites de leur intervention. « Le rôle du tuteur ne doit pas s’étendre au-delà de son rôle dans l’entreprise. Les tuteurs sont là pour l’intégration dans l’entreprise, pas pour l’intégration dans la vie de tous les jours. Il est hors de question, par exemple, qu’un tuteur aille faire les courses de la personne handicapée. La formation Thandem, à travers des films d’entreprise ou à travers l’expérience du formateur, permet aux tuteurs d’échanger sur les bonnes pratiques, mais aussi sur les pièges à éviter. »
L’un des grands problèmes qui se posent lorsque l’on accueille un travailleur handicapé tient en réalité au fait que le tuteur est tenu à la confidentialité. Le handicap ne doit pas être présenté sous l’aspect de la maladie ou de la déficience, mais plutôt des besoins éventuels qui peuvent être liés au handicap. « La difficulté, c’est qu’on va avoir tendance à ne rien dire. Or, l’intégration se passera d’autant plus mal que l’on aura caché des choses. Il nous faut l’accord du salarié pour savoir ce que l’on dit ou pas. Mais ce qu’il faut éviter à tout prix, c’est de rester muet », conclut Marie Bleuzé.

A SAVOIR
Plusieurs sources de financement sont mobilisables par Opcalia Ile-de-France afin de permettre une prise en charge du dispositif Thandem, et un CD de démonstration de Thandem est disponible sur simple demande auprès de la délégation conseil handicap d’Opcalia Ile-de-France.
Tél. 01 53 82 70 14
Courriel conseilhandicap@opcalia-idf.com


Comment Thandem forme les tuteurs des personnes handicapées


Thandem [1] propose une formation mixte incluant formation en ligne accompagnée et formation en présentiel.

La formation en ligne
Le « e-learning » comprend sept modules interactifs pour aborder le handicap (comprendre son rôle, appréhender le handicap, préparer l’accueil et l’intégration) et le tutorat (préparer la formation, former et accompagner, suivre et évaluer). Cette auto-formation en ligne se déroule sur le lieu de travail du tuteur, selon un parcours dont le rythme et la durée tiennent compte de l’expérience du tuteur et des contraintes d’organisation de l’entreprise. Chaque module associe apport de connaissances, conseils pratiques et ressources mobilisables.
Le tuteur peut vérifier ses acquis en continu grâce aux quiz et aux autoévaluations proposées tout au long de la formation. Un suivi en ligne est assuré par un formateur, qui peut être contacté par téléphone, mail ou fax.

Deux journées en groupe
Deux séances de regroupement des tuteurs, animées par un formateur spécialiste du handicap, sont aussi organisées durant le parcours de formation afin d’enrichir les connaissances des stagiaires par l’échange de pratiques : une journée située si possible avant l’intégration du travailleur handicapé, pour échanger sur les représentations liées au handicap. Une journée, un mois après l’intégration, de mise en commun et d’analyse des pratiques d’intégration.

EN SAVOIR PLUS
Les sept modules de la formation Thandem
MODULE 1
Le tutorat : comprendre son rôle, définir sa mission : quelques repères sur la fonction tutorale, les compétences du tuteur, le cadre de la professionnalisation, les ressources internes et externes.
MODULE 2
Appréhender le handicap dans l’entreprise, pour faire face à toutes les situations et comprendre les différentes déficiences.
MODULE 3
Préparer l’intégration du salarié handicapé permet la sensibilisation du tuteur et l’anticipation des conséquences du handicap.
MODULE 4
Accueillir le salarié handicapé, c’est aussi aménager la première journée du nouvel arrivant en lui donnant des repères dans l’entreprise, en lui présentant l’équipe ainsi que son poste de travail.
MODULE 5
Préparer la formation s’impose pour accueillir au mieux le salarié handicapé : on vérifie les éléments de la formation, les différentes façons d’apprendre, en vue de réussir la formation quel que soit le handicap.
MODULE 6
Former et accompagner le salarié handicapé se fait toujours en lien avec le centre de formation. Ce module aide à suivre la progression du salarié handicapé et à le manager tout en gérant son handicap.
MODULE 7
Suivre et évaluer le salarié handicapé : ce module donne des pistes de travail pour assurer un suivi efficace du salarié handicapé.

Septembre 2008

• Le comité local du FIPHFP en Ile-de-France
• Le tutorat en entreprise, gage d’une embauche réussie
• Convention Dafco/Agefiph pour une nouvelle offre de formations

 

© Handipole - Politiques d'emploi en faveur des personnes handicapées